islamo-gauchistes

Pour qualifier les gens qui écrivent islamisme avec des guillemets et d'ailleurs ne l'écrivent pas, j'ai d'abord employé l'expression « islamo-gauchistes ». Gens qui m'ont accusé alors de reprendre le vocabulaire lepénible. J'ai eu beau dire que Le P... a raison s'il dit qu'à midi il est 12h et tort qu'à 12h s'il dit qu'il convient de jeter les bougnouls à la Seine, rien à faire : j'étais un compagnon de route du Nonœuil. Je vais donc employer un autre mot, trouvé sur un forum ami : les gauchopithèques. Il va bien car je pense vraiment que, s'ils sont hélas vivants et actifs, ce sont des fossiles.

La fascination des gauchopithèques pour l'islamisme a du lien avec leur nostalgie d'une explication messianique des malheurs du monde. Contrairement à ce que chantait ce naïf d'Eugène Pottier, ils croient toujours en un Sauveur suprême, un dieu, un césar et des tribuns et maintenant c'est le beau (quoiqu'un peu défraîchi) Tarik Carême, heu, Ramadan, je confonds les boutiques. Comme ils ont perdu le « communisme » (je mets des guillemets car ce fut surtout une utopie, la réalité c'était plutôt la nomenklatura en ZIS – et le goulag plutôt que le goulash) ils se consolent avec l'islamisme.

Du lien avec le temps où ils recevaient tout du Parti, à commencer par un prêt-à-penser* qui (dis)pensait de chercher à comprendre la complexité du monde. Être comme par nature dans le camp du Bien en lutte contre les forces du Mal, c'est reposant pour les boyaux de la tête.

N'étant pas dans leur for intérieur, je ne saurais décider de ce qu'ils pensent vraiment. Là comme ailleurs il y a les sincères, les bornés et les calculateurs. Je leur vois quand même une constante : un anti-américanisme rabique (et je ne dis pas ça par pro-américanisme, ne jamais oublier le crime fondateur de ces envahisseurs : la quasi-destruction des Amérindiens) qui les fait sauter au cou de tout ce qui prétend lutter contre l'impérialisme. Leurs arrière-grands-pères ont fermé les yeux sur Staline, leurs grands-père sur Mao, leurs pères sur Pol Pot, Khomeini, Kadhafi et eux ont pris le relais avec les premiers oppresseurs des musulmans qu'ils prétendent, sous la bannière de Saint Edwy de la Repentance, sauver de l'humiliation. Misère, misère... Que des gens sincèrement de gauche, au motif du respect des minorités, volent au secours de l'obscurantisme : insondable mystère. Ce n'est pas de barbus qu'ont besoin les quartiers mais de services sociaux et publics, de police de proximité, et surtout, de conditions de vie et d'emploi dignes. C'est bien la dernière des choses que veulent leurs gourous enqamisés : les fidèles alors leur échapperaient.

Quelqu'un sur Médiapart leur voyait, peut-être en lien avec le kamikazisme des djihado-daeshiés, une tendance à chercher l'autodestruction, Je parlerais plutôt de tendance (assez voisine) à la purification par la destruction (Staline, Mao, Pol Pot etc. ont beaucoup détruit). Une forme particulière d'intégrisme.

Forme qui n'est en rien rassurante : ces gauchopithèques, en des temps troublés, n'auraient aucun état d'âme à nous coller au mur devant des flingues.

* Extrait de La Religion (Debronckart) :

Et puis quand tu seras sorti de là
Ne tombe pas de Charybde en Sylla
Tu sais tous les prêtres ne donnent pas le baptême
Il y en a qui hurlent garde à vous
D’autres prolétaires unissez-vous
Mais regarde-les de près ce sont tous les mêmes

Des gens qui veulent t’apprendre à penser
Rien que par réflexe conditionné
A marcher au pas en brandissant des emblèmes
Méfie-toi des rouges des blancs et des noirs
Ne cotise pas chez les marchands d’espoir
Vis ta vie tout seul écris ton histoire toi-même