Lisez d'abord, vous comprendrez ensuite :

sine-sine-hebdo-1-2008

...Ce qui fait que le gain de la bataille fut dis­puté en pleine forêt par deux troupes de fous furieux, stupéfaits d'épouvante, qui ne savaient pas du tout ce qu'ils étaient venus faire là, et qui se battaient comme des sauvages, hurlant, ti­rant, courant, piquant, assassinant au petit bonheur, avec un bien sincère désir de foutre le camp à toutes jambes, une révoltante envie de ne pas crever tout de suite, et la conviction qui commen­çait à se faire jour en eux que les grands capitaines de toutes les armées du monde sont certainement les plus beaux fumiers de la création, et qu'ils au­raient éprouvé une bien grande volupté, eux combattants, à leur casser la gueule aux grands capitaines, à la leur casser avec raffinements, oui vraiment, à leur enfoncer leurs testicules tranchées dans la bouche, en suprême hostie, plutôt que de casser la gueule à ces pauvres cons d'ennemis qui faisait comme eux cet invraisemblable métier d'il-y-a-pas-de-bon-Dieu, qui consistait à venir se faire découdre la paillasse, à s'arracher les intestins du ventre, à semer son foie, sa rate, son cœur, son gésier et jusqu'à ses couilles au beau milieu de la campagne, et à se dire, avec une dernière gargouillade de l'âme, que des dégueulasses, occupés à se gorger de belles putains bien cochonnes et de mangeailles ragoûtantes, et d'honneurs, de compliments d'admiration, nom de Dieu ! que ces dégueu­lasses abrités, ces sadiques, ces patriotards à bénéfice avaient monté cette sacrée vacherie d'apocalypse de merde pour avoir meilleure part, tandis qu’il y avait sous le soleil encore plein de poissons dans les rivières, plein d'oiseaux dans les arbres et de lièvres dans les sillons, plein de grains en terre,de fruits aux branches, plein de pays quasi vides et partout plein de femmes toutes moites de désirs solitaires qui manquaient d'un beau mâle à s'envoyer, alors qu'on saignait les plus beaux mâles comme des porcs. Voilà ce qu'ils auraient pensé, ceux de la forêt, s'ils n'avaient été follement fous aux dernières limites de l'inconcevable, ou morts. Et ces derniers n'avaient plus besoin de rien, que d'un peu de terre sur le ventre, non pas tant pour eux, qui s'en foutaient totalement et bien éternelle­ment d'être ou non sépulturés, que pour les vivants, qui ne voulaient tout de même pas se laisser emboucaner par les macchabs.

Gabriel Chevalier

Extrait de Clochemerle, dont Siné avait fait la couverture pour le Livre de Poche. Bouquin paillard et anti-militariste : exactement lui !