29 avril 2016

Libé, c'est la chute finale !

  Libé a consacré un article à une affaire d'esclavage en Ardèche, dans une ferme-dépotoir. Un ouvrier agricole jamais payé en 35 ans, dans l'indifférence du pays qui n'a jamais cherché à savoir comment était sa vie. Seul un voisin a fini par découvrir cette sordide exploitation, qui suite à l'hospitalisation, a atterri au tribunal. Et ce voisin a été nommé curateur de l'ex-esclave par la justice. Voici un commentaire puant de mesquinerie trouvé sous l'article : " Paul-Michel Gaultier, devenu officiellement son curateur,... [Lire la suite]
Posté par alceste1 à 09:56 - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 avril 2016

La vie, ou la mort ?

A propos de Salah Abdeslam. Et de tous les tueurs qui sèment la terreur pour récolter la haine. Haine des musulmans, des migrants. Haine, en retour, des « croisés » et des impies, fornicateurs etc. Avec la cruauté de leurs crimes de masse, ils provoquent des réactions au mieux indignées, au pire assassines voire bestiales. Si on en croit son avocat belge, il semble bien que ce tueur de premier rang n'est pas un croyant de premier rang. A la différence des purs et durs complètement ossifiés dans leur extrémisme à la... [Lire la suite]
Posté par alceste1 à 08:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 avril 2016

Aujourd'hui, un jeu !

    Le loup est le mari de la loupe Observez : le mot 1 (loup) donne le mot 2 (loupe) par ajout d’un seul phonème : [lu] >[lup]. Seul compte le son, la graphie du deuxième mot pourra être très différente. Ex : le tort est le mari de la torche : [tɔr] > [tɔrʃ] Bien évidemment, le mariage est absurde. Mais en poésie, on fait comme on veut, nanméoh ! (Pas de mots de la même famille : ainsi, le palet ne saurait être le mari de la palette, la balle ne sera pas la femme du ballon !) ... [Lire la suite]
Posté par alceste1 à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2016

On vote à Bagdad !

Un bon livre, un bon film, un bon tableau, une bonne musique, le sont car inépuisables, à redécouvrir, approfondir (et savourir) à chaque nouveau passage. Ça marche aussi... pour la BD ! C'est ainsi que, pour rir encore, je ressors les albums de l'affreux Iznogoud. Que me séduit toujours la créativité verbale de Goscinny, roi du calembour filé*, le raffinement graphique de Tabary qui nous crée vraiment un Bagdad des Mille et une nuits (ville devenue, grâce à l'intervention pavé-de-l'ours et pavée de mauvaises intentions de... [Lire la suite]
Posté par alceste1 à 07:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 avril 2016

A tous les François Lepic

L'enfant mal aimé est un thème ancien et universel, mais Poil de Carotte est un livre unique. Unique par son organisation, une suite de scènes de longueur très inégale. Unique par la variété de ces scènes, certaines peuvent être légères (si on peut dire, dans un monde lourd de silences bourgeois) d'autres cruelles (souvent) et même, terribles comme La Tempête de feuilles : « Il fourre aussi ses doigts dans ses oreilles. Mais la tempête entre chez lui, du dehors, avec ses cris, son tourbillon. Elle ramasse son cœur comme... [Lire la suite]
Posté par alceste1 à 09:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2016

Tu m'fais pas peur, pauv' mec !

http://rue89.nouvelobs.com/zapnet/2016/04/17/chine-gouvernement-censure-video-dun-enfant-menacant-policiers-brutaux-263778 Sur le coup, on rigole : Little David contre Big Goliath, dans une colère aussi belle qu'inefficace. Tous les témoins de la scène rigolent, sauf Tom Pouce. Mais on rigole moins quand on découvre que si Miniman est en renaud c'est parce que la police enquiquine grave sa grand-mère, vendeuse de rue donc un peu moins responsable de la crise en Chine que les corrompus du pouvoir et de l'économie – mais plus... [Lire la suite]
Posté par alceste1 à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2016

C'est Sarajevo en 1914 !

La France entière est touchée par un tremblement de terre : ça s'étripe le bide sur la planète Bolloré. Internet ne parle plus que de ça, même Al Ceste s'y met. Plus de Nuit debout, plus de Loi El Khomri, plus d'état d'urgence, plus de Michel à l'OM, plus de sucre pour mon petit noir (zut, le Bondy Blog va me rossignoler) : seul compte le match Starr de « la Nouvelle Star » contre Hanouna de « Touche pas à mon pote Verdâtre ». Quand j'ai appris l'incident, que dis-je, le drame, que dis-je, la... [Lire la suite]
Posté par alceste1 à 07:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2016

PARKING BLUES

Voici un texte qui date d'il y a bientôt 20 ans. Sauf la phrase sur la France des sondages "qui va mieux" (sic), je pourrais l'avoir écrit aujourd'hui.   Errant parmi les véhicules agglutinés près de la supérette, elle se dandine d'une jambe sur l'autre. Perdue ? Trop vieille pour ignorer où est la voiture familiale, pas assez pour un trou de mémoire vous envoyant aux quatre cents diables, elle n'a guère l’air de ceux qui, enfouis dans rêverie ou ru­mination, oublient tout le reste. Elle voit les clients arriver. Elle veut... [Lire la suite]
Posté par alceste1 à 05:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2016

L'Incompris incompris.

  Voici un film qui a connu un parcours rare : il a une première fois fait un flop,  et connu une deuxième vie flatteuse et méritée. Flop initial : la critique commença par étriller Comencini à Cannes en 1967, traitant Mon fils cet incompris de mélo commercial, lui reprochant de racoler au moyen d'une « basse sensiblerie ». La pire, celle-ci : « On n’a pas le droit de venir tripoter avec de grosses mains d’adultes ce royaume interdit, ce monde mystérieux de l’enfance (…) Ce cinéma-là, c’est... [Lire la suite]
Posté par alceste1 à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2016

Tremble, canaille (moi, bien sûr) !

  Quand on poste sur les forums internet, il faut s'attendre à prendre des gnons. Et réagir, ou les ignorer comme quand on évite de marcher dans les sous-produits canins qui ornent parfois les trottoirs, appelés alors crottoirs. Ces gnons sont distribués par un genre de haut personnage qu'on va appeler Le Justicier. - Il vous tombe dessus sans prévenir, comme la grêle et les impôts (heu, pas les impôts). Vous ne l'avez pas vu venir car, le plus souvent, vous ignoriez son existence (est-ce la vraie cause de son ire ?) - Il... [Lire la suite]
Posté par alceste1 à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]