Tueurs-islamistes-300x93

A propos de Salah Abdeslam. Et de tous les tueurs qui sèment la terreur pour récolter la haine. Haine des musulmans, des migrants. Haine, en retour, des « croisés » et des impies, fornicateurs etc. Avec la cruauté de leurs crimes de masse, ils provoquent des réactions au mieux indignées, au pire assassines voire bestiales.

Si on en croit son avocat belge, il semble bien que ce tueur de premier rang n'est pas un croyant de premier rang. A la différence des purs et durs complètement ossifiés dans leur extrémisme à la Breivik (les fanatiques sont de tous bords), il ne va sans doute pas pouvoir se réfugier dans son Coran pour continuer à vivre dans un délire* protecteur. Si la prison est pour lui un moyen de s'amender, d'évoluer, c'est tout le mal qu'on peut lui souhaiter. Sans faire d'angélisme, l'histoire criminelle donne des cas où un criminel entre en prison égoïste, inculte, et en ressort grandi, éduqué, ayant acquis une sagesse et une aptitude à l'altruisme comme Claude Charmes ou Georges Courtois (ou n'en ressortent pas, remember Caryl Chessman et Jacques Fesch). Car il faut savoir : veut-on entretenir la haine qui entraînera un phénomène de vendetta, de cercle infernal dont ne sortiront que des morts ? Alimenter la rancœur des déshérités, ce fumier où recrutent des (gros) petits malins qui n'ont pas pour but de corriger la moindre injustice mais d'exercer un pouvoir, de s'enrichir comme un roi du pétrole, et de jouir de tuer ? Ou entr'ouvrir des portes, casser les enchaînements mortifères ?

* De ce point de vue, l'isolement par rapport à des co-religionnaires est une  bonne chose. Mais l'isolement total est contre-productif, il doit pouvoir rencontrer des gens susceptibles de faire fonctionner son intelligence plutôt que d'alimenter sa rancœur : éducateurs, psys etc. Et un aumônier, s'il le demande – sauf si c'est le genre imaboul de Brest, le gars qui maudissait la musique et promettait de devenir singes ou cochons aux gosses qui en écoutaient. Les gens du Bataclan, eux, ont été transformés en cadavres.