648x415_20-ans-simpsons-comme-devine-scandale-panama-papers

Ça et là des voix, augustes bien sûr (genre le gugusse Fion*), s'élèvent contre la tyrannie de la transparence que menace d'imposer l'entreprise Panama Papers. C'est vrai, si on ne peut plus lire des revues cochonnes cachées dans un livre de Géo (le plus grand) sans qu'Agnan nous dénonce à la maîcresse, où qu'on va !

Ces grands défenseurs de la vie privée (qui ne le serait), on ne les a jamais entendus s'élever contre les caméras de vidéo-surveillance et la récupération de données personnelles piquées sur internet. Contre les fouilles à corps en GAV, contre les entretiens d’embauche intrusifs, contre la lecture des mels privés par la police patronale (autre nom des services des DRH).

Se retrouve là l'éternelle règle d'or des princes qui nous gouvernent : les lois contraignantes, c'est pour les autres, les lois facilitantes (mieux : l'absence de lois) c'est pour nous.

(Notons au passage le silence du pourfendeurs des gagne-petit de la fraude, j'ai nommé Notre-Wauquiez-du-Puy. Il faut dire qu'avoir dans son camp un Balkany que plus panaméen tu meurs, ça aide à se taire...)

PS La présence dans la liste des filous de quelques politiciens champions du civisme sacrificiel et de grandes « consciences de gauche » est un pur régal.

* Fillon s'élève contre des possible révélations sur la vie privée des VIP. Franchement, à part Match (et lui) qui a intérêt à révéler la vie privée de ce bedeau capable de faire passer un embaumeur mormon dépressif en réincarnation de Coluche version clown ?