la-mort-cavanna-99505503

La lecture de Mohicans (Denis Robert) m'en a appris sur quelqu'un* que je croyais connaître pour avoir lu Hara-Kiri, Hara-Kiri Hebdo, Charlie-Hebdo (hors fin du règne du Philou). Je ne me lassais jamais de le lire, de l'écouter, de le voir à l'écran. Pour moi, c'était quelqu'un de bougrement vivant, charnel, simple, pas tordu pour un sou. Il y a peu, j'ai retrouvé ce qu'il avait écrit à la mort de Pierre Fournier (la Gueule Ouverte). Pas une ride dans cet hommage à un véritable écologiste, qu'il faudrait faire avaler sans sel ni poivre à Cosse-Placé-Pompili (et consorts). Et dites, un fils d'immigré illettré qui apprend à aimer notre langue grâce à l'école de la République, ça parle assez, aujourd'hui ?

Cavanna, j’ai écrit un jour que si on m’obligeait le fusil sur la temps à avoir un maître à penser, ce serait lui (et Brassens). Cavanna, faut pas le pleurer, faut le lire, lire par exemple ce discours de son père au petit Françwas :

- L’était oune serpente ! Eh si... Oune serpente tanté pétite coumme oun bout de bvas pétite, et la même couleur, pareil, pourquoi sta bêtes-là il le fatte essprès se mettre la couleur pareille coumme des çojes pas miçantes qué tou té méfies pas. Oh, i sont des bêtes malins, sta serpentes-là ! Et plous qu’ils sont pétites, plous qué la pvason il est forte ! Alors, à peine à peine çvi-la il l’a prise ‘vec la main sta serpente-là, la serpente i se prende la colère car il l’a trapé dans la queue que c’est oun endrvat sensible boucoup dans les serpentes, et l’a sauté en l’air, et l’a mordou c’t’homme-là dans le dvoigt. « Heu là ! » l’a fatte çvi-là, et l’a coupé la tête alla serpente ‘vec l’hace qu’il avait pour couper le bvas, et après, l’a s’est pensé dans sa tête qu’il va mourir car maintenant la pvason il est dans la son sangue, l’a va courir toute partout dans le son corps ‘vec la sangue, et quouante il arrive touçer le coeur, plaff, l’a tombe morte par terre d’oun sol coup, paur’diable. Ma lvi s’a dite « No ! », et l’a levé l’hace en l’air, et l’a coupé le son dvoigt tout svite tout svite, avant qué la pvason il a le temps aller plous lvoin. Tou comprendes ?

Cavanna – Les Ritals

* Et m'a fait détester encore plus un Val pour qui j'ai eu de l'admiration, il y a longtemps, avant que je découvre ses manières de conducator et son amitié avec une chanteuse vide et le mari d'icelle cruche.